Saga émirienne de Carole, ancienne bénévole de notre association : « Le nourrissage de la colonie ».


Quelques mois après son arrivée aux Emirats Arabes Unis, Carole a commencé à nourrir quelques chats errant au pied son immeuble. Cette amoureuse des félins ne pouvait en effet rester indifférente aux conditions difficiles des chats des rues.

Abu Dhabi ne compte aucune association de protection animale, juste un organisme gouvernemental faisant office de fourrière et stérilisant au cas par cas. Les chats errants sont trappés au filet sans grande délicatesse.

Une fois opéré, la pointe de l’oreille est coupée pour indiquer que le chat a été pris en compte, puis relâché là où il a été trouvé, sans suivi. Cet organisme intervient aussi parfois à la demande des particuliers qui, comme Carole, s’occupent des chats des rues.

Trois ans plus tard, Carole assure à elle seule le nourrissage quotidien d'une colonie de 40 chats dans son quartier, sur six sites différents ! Les chats sont toujours au rendez-vous et reconnaissent leur bienfaitrice. Toutefois, les périodes de vacances sont sources de stress car il est difficile de trouver quelqu’un pour prendre le relais.

Carole prend soin également de tout animal croisant sa route. Elle a en permanence des croquettes et une cage de transport dans le coffre de sa voiture et plusieurs sachets fraîcheur dans son sac à main pour venir en aide aux félins en difficulté qui ne se trouvent pas dans son quartier.

Ces actions représentent un investissement financier important, or Carole ne bénéficie d’aucune subvention. Tous les trois jours, il faut en effet un sac de croquettes de 8 kilos et une quinzaine de boîtes de pâtées, soit 250 euros par mois.

Fidèle à la mission de l’Ecole du chat, notre ancienne bénévole assure également la stérilisation / castration, l’identification et le suivi sanitaire de ses protégés. Les frais vétérinaires s’élèvent en moyenne à 500 euros par mois. Elle a déjà été amenée à devoir trouver un financement de 3000 euros pour un cas grave !


0 vue