Nos actions 

A l'image des autres Ecoles du chat, notre association est restée fidèle aux préceptes de Michel Cambazard, fondateur du statut de chat libre.

L’Ecole du chat de Clichy-la-Garenne œuvre sur le terrain depuis 1985. Elle a pour mission principale la stérilisation des chats errants pour éviter leur prolifération et leur immatriculation par le tatouage afin de leur donner le statut de « chats libres » avant de les remettre sur leur territoire. Un chat errant est un chat né dans la rue ou abandonné par ses maîtres et livré à lui-même pour survivre. Un « chat libre » est un chat « en liberté surveillée » car contrôlé par les bénévoles (identifié au nom de l’association, nourri quotidiennement et suivi sur le plan sanitaire).

Nos actions se déroulent essentiellement sur le terrain au profit des chats errants (sauvages ou domestiques) que nous repérons ou qui nous sont signalés. Nous recueillons également, dans la limite de nos capacités, les chats domestiques abandonnés.

Le trappage des chats errants 

Lorsqu'un chat errant est signalé à l'association, l'un de nos bénévoles intervient dès qu'il le peut. Celui-ci met alors en place une trappe de capture avec de la nourriture à l'intérieur pour attirer le félin.

Cage de trappage et transfert.

Action de trappage. Nous remercions Venise qui s'est prêtée au jeu pour la démonsration.

La stérilisation et  l'identification des chats errants

Une fois trappé, l'animal est conduit chez le vétérinaire où il est stérilisé/castré, tatoué au nom de l'association, et si nécessaire soigné.

La stérilisation est primordiale pour éviter la prolifération féline (une chatte peut en effet avoir jusqu’à douze chatons par an, qui eux-mêmes seront en mesure de se reproduire dès l’âge de 6 mois). Elle est le meilleur moyen pour éviter les abandons et réduire la misère animale. Elle permet d’éviter à des animaux de naître dans la rue ou de s’y retrouver, d’améliorer la vie du maître autant que celle du chat en évitant de nombreux problèmes : les chaleurs, les fugues, l’agressivité, les marquages odorants, les miaulements intempestifs. Par ailleurs, ne pas stériliser son animal peut parfois engendrer des grossesses nerveuses, des cancers de mamelles ou des organes génitaux.

 

Immatriculé au Fichier National d’Identification des Carnivores Domestiques (I-CAD), l’animal possède une identité car il est placé sous la responsabilité de l’association et protégé par la loi. De chat errant, il est devenu un chat libre.

En France, pour la seule année 2016, 36 353 chats ont été enregistrés perdus auprès d'I-CAD) dont un quart en Ile-de-France !​​​​​​

Selon l’article L.212-10 du code rural et de la pêche maritime, l’identification des chats n’était obligatoire qu’en cas de cession. Désormais, depuis la loi du 17 mai 2011, tous les chats de plus de sept mois nés après le 1er janvier 2012 doivent également être identifiés par un procédé agréé par le ministre chargé de l’agriculture (tatouage ou puce électronique). L’identification est à la charge du cédant. L’objectif est de pouvoir retrouver le propriétaire en cas de divagation de l’animal. Tout chat adulte de plus de sept mois né après le 01/01/2012 et non identifié est donc considéré, aux yeux de la loi, comme n’ayant pas de propriétaire et risque d’être euthanasié.

 

Une fois stérilisé, l’animal effectue sa convalescence post-opératoire dans l’infirmerie de notre association. A l’issue, les félins les plus sauvages sont remis sur le lieu de vie où ils ont été trappés. Les chats libres sont rarement proposés à l’adoption car très difficiles à sociabiliser et ayant besoin d’espace. Certains vivent en liberté chez des bénévoles, dans leur pavillon ou dans leur jardin. Les plus âgés ou malades sont hébergés au sein de notre structure.

 

Notre association n’a pas vocation ni les moyens financiers d’assurer ou de contribuer aux frais de stérilisation/castration des animaux de particuliers.

​Les chats libres remis sur leur terrain sont confrontés à de multiples dangers : maladies, intempéries, circulation automobile, malveillance humaine. Ils ont aussi besoin d’être nourris. Notre aide leur est indispensable.

Une fois les chats relâchés sur leur lieu de capture, l’association leur installe, dans la mesure du possible, un abri en accord avec les autorités locales. Ces abris leur assurent une protection et permettent un meilleur suivi sanitaire et un meilleur contrôle de la prolifération. En fonction de l’implantation du site, l’animal est nourri par les bénévoles ou par des nourricières auxquelles notre association fournit croquettes et pâtées.

Chaque jour, notre association contribue au nourrissage d’une centaine de félins sur leurs lieux de vie.

Le nourrissage et la domiciliation des chats libres

 L'accueil des chats domestiques abandonnés

Si la mission de l’Ecole du chat vise à limiter la prolifération des chats errants, nous sommes avant tout une association de protection animale et ne pouvons rester indifférents aux chats domestiques abandonnés.

Toutefois, notre association n’a pas le statut de refuge.

Certains animaux capturés se révèlent être des chats domestiques perdus ou abandonnés qui ne doivent pas être confondus avec les chats libres et ont besoin de trouver rapidement un nouveau foyer. En effet, lors de nos campagnes de stérilisation sur le terrain, nous découvrons de plus en plus de chats domestiques avec leurs chatons, lâchement abandonnés.

Par ailleurs, nombre de personnes se tournent vers notre association lorsqu’elles décident ou se voient contraintes d’abandonner leur animal. Nous accueillons donc certains félins domestiques et nous efforçons de leur trouver un nouveau foyer aimant au plus vite pour limiter les traumatismes.

Chaque année, l’Ecole du chat de Clichy assure le placement d’une cinquantaine de pensionnaires. L’association assure le suivi des placements afin de s’assurer du bien être de l’animal dans son nouveau foyer.

Nous ne sommes pas un refuge et la capacité d’accueil de notre local est limitée. Nous ne pouvons malheureusement accueillir tous les animaux abandonnés en Ile-de-France.

IMG_4018